Top-Flop 2015-16

LE TOP

Offrir des cocktails sans alcool : attrayants et originaux ils changent de l’offre habituelle (sodas, jus de fruit…).

Installer un sonomètre à côté de la scène : permet d’informer le public du niveau sonore.

Aménager un bar à eau : les fêtards peuvent s’hydrater librement et gratuitement.

Distribuer des packs prévention : accompagné d’un discours, ils permettront de sensibiliser les fêtards et réduire les risques.

Arrêter la vente d’alcool avant la fin de l’évènement : cela permet aux fêtards de faire baisser leur taux d’alcool avant le départ et de s’hydrater avec des softs.

Mettre en place un système de bracelet à poinçons pour permettre l’application de 4 doses/personne (OMS) : permet de limiter la consommation des fêtards.

Gérer les retours : en proposant le dépistage, du covoiturage, des navettes, les horaires des transports en commun…

Différencier les majeurs/mineurs dès l’entrée (à l’aide de bracelets de couleurs différentes par exemple) : cela permet d’identifier rapidement un mineur et ne pas lui servir d’alcool.

S’impliquer dans les démarches de prévention : faire appel à une structure spécialisée c’est déjà bien mais s’investir avec elle dans les actions mises en place c’est encore mieux !

Proposer des animations centrées sur la prévention : en proposant des animations centrées uniquement sur la prévention le public est d’avantage sensibilisé.

LE FLOP

Ne pas respecter les doses bar : servir une quantité d’alcool/Verre plus importante que les doses standards empêche les fêtards de calculer facilement leur taux d’alcool.

Vendre des IceDreams® : les icedreams® sont des glaces alcoolisées à 5%Vol.

Proposer des animations autour de jeux d’alcool (beer pong par exemple) : ce type d’animation peut s’apparenter à de la vente au forfait (contre « x » euros je peux consommer « x » boissons alcoolisées ou à de l’offre à titre gratuit mais aussi valoriser la consommation d’alcoolMettre en place un open bar : Vous encourez une peine maximale de 7 500 € d’amende (la récidive est punie d’un an d’emprisonnement et de 15 000 € d’amende) (article L3351-6-2, Code de la Santé Publique).

Créer un partenariat avec un alcoolier : le parrainage est interdit lorsqu’il a pour objet ou pour effet la publicité directe ou indirecte en faveur de boissons alcooliques (article L3323-2, Code de la santé publique).

Vendre d’alcool de licence IV : la vente d’alcool de licence IV est autorisée seulement dans les établissements détenant cette dernière.

Faire payer  l’eau : il est préférable que l’eau soit en accès libre pour favoriser sa consommation.

Vendre les softs plus cher que l’alcool : il est fortement conseillé que la moins chère des boissons soit une boisson non-alcoolisée.

Proposer des tarifs préférentiels (2€ pour 1 conso et 10 € pour 6 consos par exemple) : ce type d’offre s’apparente à de la vente au forfait.

Inciter les bénévoles à consommer : en permettant l’accès en illimité à toutes les boissons alcoolisées par exemple.