Archives du mot-clé lauréats du prix MTS

Que sont devenus les lauréats?

Cette semaine, parole aux lauréats franciliens du prix 2012-2013 !

Edition 2014 du Gala de l’Ecole Normale Supérieure (ENS) de Cachan

« Suite à notre victoire au prix monte ta soirée, nous avons décidé de persévérer dans notre campagne de prévention lors de l’Edition 2014 du Gala de l’Ecole Normale Supérieure (ENS) de Cachan. Ce prix nous a en effet permis de dédier une salle complète à la prévention lors de notre Gala. Cette salle, que l’on avait appelé « salle zen », a intrigué et attiré beaucoup de monde tout au long de la soirée. Nous avions divisé en deux la salle, d’un côté se trouvaient les masseurs, venant d’une école de kinésithérapie de la région, qui ont détendus pleins de dos au cours de la soirée, ainsi que quelques poufs confortables pour se poser quelques minutes avant de retourner danser. »

                              P1320864            746960_82

Une vingtaine d’intervenants pour des animations axées sur la prévention

De l’autre côté, le Pôle festif de Visa 94 (association de réduction des risques en milieu festif), a encore mobilisé une vingtaine d’intervenants pour le Gala 2014. Ils diffusaient des conseils en matière d’alcool, de tabac, d’autres drogues et de sexualité à tous les curieux qui le souhaitaient. Ils ont aussi permis la distribution de préservatifs, récupérés grâce à un partenariat avec Manix, dans les différentes salles du Gala. Pour insister sur la prévention, nous avons aussi proposé un open soft, qui a permis à tous de se désaltérer sobrement. L’eau a aussi coulé à grand flot durant notre Gala, grâce à notre partenaire Cristalline. Concernant les retours des participants, la proximité de Cachan avec le centre de Paris, rend difficile la mise en place de navettes. Nous avons donc décidé cette année de proposer des prix intéressants pour les personnes souhaitant rentrer en taxi grâce à un partenariat avec Uber.

            couv      746960_212     P1320865

Nous voulons donc remercier l’organisation du prix monte ta soirée, qui nous a permis de perpétuer les valeurs qu’essaye dorénavant de défendre le Gala de l’Ens c’est-à-dire « s’amuser de façon responsable ». »

L’équipe 2014 du Gala de l’ENS de Cachan 

 

Discours des lauréats du prix 2012-2013 (Bloc Santé, Strasbourg)

P1150160Ils nous ont épatés par leurs initiatives, et émus par leur discours lors de la remise des prix. « Mesdames et messieurs,
Tout d’abord, permettez moi de me présenter. Je m’appelle Camille Beaufils, je suis la trésorière du projet Bloc Santé 2012 et voici Mathieu Wolff, secrétaire général du projet. Nous sommes tous les deux étudiants à Strasbourg au sein des filières de médecine et de pharmacie et membres de nos associations de filières respectives l’AAEMS et l’AAEPS, toutes deux adhérentes à l’AFGES, notre fédération régionale. Nous tenions à vous remercier au nom des 7 associations de santé qui ont participé au projet Bloc Santé pour ce prix qui signifie beaucoup pour nous.

L’aventure Bloc Santé a commencé pour nous en début d’année 2012. Une première édition du projet avait eu lieu en novembre 2010, et avait été saluée non seulement par le public étudiant mais également par les différentes institutions strasbourgeoises. De plus, la collaboration entre les 7 associations de santé de Strasbourg lors de la première édition avait permis de renforcer la dynamique inter-associative et la mutualisation de nos ressources respectives. Nous avons donc eu l’envie de rééditer ce projet avec comme principal objectif de parfaire ce qui avait fait une grande partie du succès de la première soirée : la prévention.

Nous avions deux objectifs principaux concernant la prévention cette année.


Le premier partait d’un constat simple : la majorité des soirées étudiants mettent en place, à l’heure actuelle, des dispositifs de prévention.

A tel point que certains d’entre eux en deviennent moins visibles car devenus habituels pour les étudiants. Ceux-ci ont parfois une fâcheuse tendance à les oublier. Nous souhaitions, par conséquent, dépoussiérer les moyens traditionnels de prévention.

Ils s’axent essentiellement autour de l’excès d’alcool et du retour à domicile en toute sécurité.
Pour ce qui est de la consommation excessive d’alcool, les associations étudiants strasbourgeoises sont nombreuses à être signataires de la charte des soirées responsables de la FAGE et ce notamment via notre fédération, l’AFGES. C’est ainsi que depuis plusieurs années nous limitons notre offre d’alcool à des alcools de licence 2 et que nous multiplions les actions en faveur des « capitaines de soirées » avec en particulier la possibilité pour chaque SAM de bénéficier de boissons non alcoolisées gratuitement tout au long de la soirée.
Outre ces dispositifs que nous pouvons qualifier de « traditionnels », nous avons choisi de faciliter les retours, en faisant appel à Izy drive, une société permettant de reconduire les étudiants chez eux dans leur propre voiture. L’avantage de cette formule est qu’elle permet non seulement de raccompagner les gens en état d’ébriété mais également de laisser la possibilité aux étudiants de renoncer à conduire pour d’autre motif et notamment celui de la simple fatigue.

Le site de Bloc santé était accessible en transport en commun, par conséquent la majorité de nos étudiants les ont utilisés pour s’y rendre. Nous avons dans ce cadre eu l’honneur et le privilège d’être soutenu par la ville de Strasbourg qui, une fois le service des trams terminés, à mis à notre disposition des bus afin que nous puissions organiser des navettes entre le lieu de la soirée et le centre ville de Strasbourg. C’est ainsi que la majorité des participants a pu bénéficier de ce service. Multiplier les possibilités de retour a été très apprécié par tous les étudiants. Nous avons accordé une attention toute particulière à la communication autour de ces dispositifs afin que celle-ci soit efficace et permette une information en amont auprès des étudiants, gage de la réussite d’un tel dispositif.

Notre second objectif dans le cadre de la prévention était de rendre celle-ci attrayante.

Cette idée venait elle aussi d’un constat simple : les stands de prévention sont souvent relégués dans un coin des soirées, peu visibles et nécessitent que l’étudiant soit complètement actif dans sa recherche d’information.
Nous avons par conséquent fait appel à toutes les techniques classiques de communication, par exemple une des prestations des DJs a ainsi été interrompue par une mise en scène visant à enseigner les gestes de premiers secours sur la musique de « staying alive ». Novateur par son côté entièrement intégré aux animations de la soirée, sur scène, cet intermède à plu au point de recevoir une ovation générale à la fin de la prestation.

De même, afin d’encourager les étudiants à venir s’informer, nous avons utilisé un concept issu du réseau de la FAGE, le « bubble shot ». Le concept est simple, des intervenants se promènent dans la salle avec des verres remplies de yaourt à boire et encouragent les gens à les boire sans leur dire ce qu’ils contiennent. Cela a permis d’engager le dialogue sur les risques des consommations non contrôlées en soirée et sur la prévention en générale. De la même manière nous avons utilisé des supports visuels simples et attractifs sous la forme de pictogrammes, distribués tout au long de la soirée, que les gens pouvaient coller sur leurs vêtements et illustrant des principes simples de prévention.

Nous avions tout de même tenu à maintenir un stand au calme, un peu à l’écart de la scène permettant un dialogue soutenu entre les différents intervenants et les participants de la soirée, où les étudiants trouvaient des dépliants d’informations mais également des bouchons d’oreille, des préservatifs ou pouvaient encore participer à un petit quizz sur les IST, s’appuyant sur le jeu « sexe et chocolat » de la FAGE.

Ce travail centré sur la prévention a occupé une grande partie du temps de préparation de notre projet. Pourtant avec le recul, nous pouvons souligner qu’en terme de prévention, on ne fait jamais assez. Ainsi, nous pensons que mettre plus en avant la prévention contre les risques auditifs serait extrêmement intéressant à l’avenir puisqu’il s’agit également d’un risque dont les étudiants n’ont pas toujours conscience. De la même manière certaines de nos idées n’ont malheureusement pas pu aboutir faute de moyens et de logistique. Pour finir, la communication autour des dispositifs de prévention, que ce soit en amont ou au cours de la soirée reste un défi à chaque fois renouvelé, faisant régulièrement réapparaitre la difficulté de rendre ces initiatives visibles et attractives.

Notre expérience à été extrêmement riche sur bien des aspects. Il est évident que notre mode de fonctionnement fondé sur la répartition des tâches entre les 7 associations participantes a été d’un grand intérêt : mutualiser les contacts, confronter les habitudes et les envies de chacun, s’adapter à un public beaucoup plus large et varié qu’à notre habitude a été un réel défi. Mais cette collaboration a surtout permis la formation et l’information de nombreux responsables associatifs et a permis de mettre l’accent sur l’importance des dispositifs de prévention au cours de TOUT les événements étudiants, quel que soit leur taille ou leur but. Je pense ainsi que cela a été particulièrement bénéfique aux associations portant peu de projets au cours de l’année et ayant donc moins l’occasion de se confronter à la problématique de la prévention.

Nous avons eu beaucoup de chance car nous avons été soutenus à tout les niveaux : d’abord par les bénévoles de toutes les associations qui ont donnés des idées et surtout beaucoup de temps pour construire le projet. Ensuite au niveau local, tant par notre fédération régionale, l’AFGES, que par la ville et l’université de Strasbourg, mais aussi toutes les associations qui ont accepté de participer à notre événement et qui nous ont formé a plusieurs reprises : ITHAQUE, le planning familial, SOS Hépatite, la MGEL et SIDA info service. Enfin au niveau national, la FAGE, qui est un modèle quotidien d’initiative. Et pour finir, aujourd’hui, ici, le prix national « Monte Ta Soirée »…

Bien sûr, cela nous donne envie de continuer à aller toujours plus loin dans la prévention, jusqu’à ce que celle-ci devienne une évidence pour tout les étudiants. Le prix que nous recevons aujourd’hui va permettre l’extension des dispositifs de prévention à tout les événements des associations membres de Bloc Santé, il sera un appui financier indispensable pour innover, multiplier les interventions au cours de nos événements, mais également diversifier les axes de prévention.

Ce prix est une magnifique récompense pour tous les bénévoles qui ont passé des mois à travailler sur ce projet, qui se sont battus et qui se battent tous les jours pour prouver que les étudiants savent aussi être responsables et veulent s’engager. Mais au-delà de l’aspect personnel, c’est également une très belle marque de confiance de la part des institutions envers le monde étudiant en général et associatif en particulier. Ce geste est, pour nous, une preuve réelle de la prise de conscience de chacun dans l’idée que les choses changent. Nous sommes extrêmement fiers de recevoir ce prix aujourd’hui. Nous vous remercions pour votre attention. »

Discours des lauréats (Bloc Santé Strasbourg) au prix monte te soirée 2012-2013 – Ministère de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche, Paris, 10 octobre 2013.