flasks-606611_1920

Drogues et Internet : les dangers des NPS !

Définitions

Les nouveaux produits de synthèse (NPS) sont reconnaissables par leur grande diversité  de formes (poudre ou comprimé au visuel très commercial : superman, smiley…), de couleurs (rose, violet, vert, tout est bon pour attirer le consommateur) et surtout de contenue. Crées afin d’imiter les effets de différentes drogues illicites plus connues (ecstasy, cocaïne, cannabis…), ils ne sont pas totalement similaires du point de vue chimique. C’est pourtant suffisant pour contourner les lois relatives aux stupéfiants puisque ces molécules ne sont pas encore toutes classées (bien que depuis juillet 2012, 22 de ces substances soient identifiées et inscrites comme stupéfiants.)

Les NPS apparaissent en 2008, via les ventes par Internet depuis le Royaume Unis ou les USA. Et depuis, la découverte de nouvelles substances n’a fait que croître pour atteindre 450 en Europe !

La compo et les dangers

Une part de leur dangerosité réside dans la facilité que peuvent avoir les consommateurs à s’en procurer. En effet, les dosages de substances actives varient énormément d’un produit à l’autre tout comme les effets indésirables. Ainsi, une pilule rose en forme de cœur pourra entraîner un effet peu stimulant et une autre aux couleurs d’un célèbre club de foot pourra amener aux portes de l’overdose. N’oubliez donc pas de disposer d’un service de secours pour gérer les urgences causées par ces produits.

service de secours

Au vu de l’arriver continue de nouvelles formes de commercialisation de ces pilules, le compte Facebook de Techno + propose régulièrement une « météo des prods » qui regroupe les analyses des  substances que ces produits contiennent et leurs concentrations.

Actuellement, on récence trois substances principales repérées sur le marché :

  • Les phénéthylamines et cathinones : molécules stimulantes à la structure similaire à la MDMA et aux amphétamines. Parmi ces molécules, on trouve la méphédrone, la première à avoir été identifié en 2009 et souvent commercialisée sous le terme de « sels de bain ».
  • Les cannabinoïdes synthétiques : Effets similaires aux cannabis s’ils sont fumés. Étant des antagonistes au TCH (la substance active du cannabis) ils se fixent sur les mêmes récepteurs au niveau du cerveau. Cependant, ces molécules synthétiques possèdent une affinité au TCH de 2 à 200 fois supérieur donc avec des effets potentiels plus puissants.
  • La métoxétamine : aux effets similaires à la kétamine bien que plus puissante et durable dans le temps, elle est d’ailleurs souvent vendue sous ce terme, surtout dans le milieu festif.
Les effets

En ce qui concerne le recul scientifique sur ces produits, l’OFDT répond : « À l’heure actuelle, les risques à long terme de l’usage de ces produits, c’est-à-dire leur toxicité chronique ou leur potentiel de pharmacodépendance sont très peu connus ». Leur consommation reste donc aux risques et périls de l’utilisateur. Cependant, certains consommateurs testeur (« trip reports ») partagent leur expérience avec la substance pour ainsi prévenir des différentes réactions qu’ils ont pu remarquer à tel ou tel produit.

Ainsi, on sait que les symptômes les plus cités de ces NPS sont une élévation de la température du corps, du rythme cardiaque et de la sudation (transpiration) ainsi qu’un fort sentiment de mal-être pouvant être associé à des hallucinations, dissociations et paranoïa. Certaines substances comme les cathinones provoqueraient une hypersexualité et donc des prises de risques liées à ce comportement (sexe à plusieurs, sans protection…).

On dénombre un peu plus d’une centaine de décès en Europe associés de façon direct ou indirect à ces produits. Parmi ces consommateurs, le milieu festif gay, les usagers connaisseurs, le milieu festif alternatif techno et les jeunes novices qui testent de façon occasionnelle en achetant sur Internet.

Organisateurs, soyez donc attentif : pensez à vous renseigner sur ces produits. Vous trouverez des informations pour prévenir et réduire les risques sur notre boite à outils, n’hésitez pas à les communiquer aux fêtards.

Source OFDT, ASUD et ANPAA

-> Pour plus d’informations sur la liste des NPS identifiés par les services sanitaires

Exprimez vous !

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *