Qu’est ce qu’une fête réussie pour un organisateur ?

Les participants ont pris du plaisir, sans avoir vécu de drame ou de situations qui les ont mis en danger. C’est tout le sens des étapes précédentes et des animations qui peuvent se dérouler pendant la soirée.

Espace prévention

Dans le meilleur des cas, c’est un stand tenu par des personnes formées (de l’équipe organisatrice ou de structures existantes). Situé sur un lieu de passage, visible, dans un endroit calme, disposant de place, c’est un endroit où les fêtards pourront venir se renseigner, se tester, avoir des discussions sur les problématiques qui les concernent. Nous conseillons d’avoir une entrée large sur les risques possibles en soirée : alcool, autres produits consommés (cannabis, autres…), sexualité non protégée, risques auditifs, etc. Les intervenants, sur le stand, doivent être capables de proposer, si besoin (nous ne sommes pas dans de la distribution massive ou dans le « servez-vous »), des outils de prévention : éthylotests, préservatifs, bouchons d’oreilles…
Si toutefois vous n’avez pas créé cet espace prévention, placez ces outils à disposition des fêtards dans des endroits stratégiques (vestiaire, bar, tables, toilettes…).

Vous pouvez aussi distribuer des kits prévention qui pourront facilement se ranger dans une poche et comprendront documents d’information, capote et gel. Vous pouvez vous adresser à des associations de prévention pour vous procurer ces kits ou de quoi les composer vous-même. Ils pourront être distribués à l’entrée, durant la soirée ou à la sortie, ou/et déposés à côté des toilettes, du bar ou dans l’espace fumeur…

N’oubliez pas que les orientations sexuelles sont multiples : hétéro, gay, lesbienne, bi-e…, pensez à diversifier votre information ! Vous pouvez vous procurer des documents de prévention/réduction des risques (RDR) adaptés au public LGBT (lesbien, gay, bi, trans) auprès de diverses associations.

Espace détente

Il permet à certains fêtards de faire une pause, loin de l’agitation et du bruit. Cet espace correspond à un besoin naturel de s’extraire momentanément de la fête et ne doit pourtant pas s’en exclure car son succès dépend de sa visibilité (pensez à le signaler par des affiches ou sur la programmation de la soirée). Il doit être implanté dans un lieu de passage : près d’animations calmes, sur une terrasse extérieure, à proximité du bar soft ou de celui consacré à la nourriture, par exemple. La décoration et l’animation de cet espace demandent autant d’attention que les autres lieux de la soirée : aménagez un espace convivial, avec des fauteuils, canapés, chaises, coussins… Cet espace peut être également le même que celui où se passe l’action de prévention

D’autres animations

Outre l’ambiance créée, le but des animations est aussi d’offrir une alternative à la consommation d’alcool ou d’autres produits. En assistant à une animation on est moins sujet à (trop) consommer. Cela permet d’espacer les consommations et de voir, par exemple, les taux d’alcoolémie stagner et non augmenter. Vous permettez également aux personnes qui ne consomment pas (par choix ou par obligation) de profiter de la soirée.

Les animations qui attirent l’attention

Jeux, karaoké, concours de danse, organisation de concours de cocktail sans alcool, fournisseurs de softs et/ou de gourmandises, maquillage, caricaturistes, concerts, séance de massages, matchs d’improvisation, conteurs, magiciens, tatouages au henné… retrouvez quelques exemples d’animations : guide émergence pages 10 à 32.

Montrez que boire de l’alcool n’est pas la seule façon de s’amuser!

Étape suivante