Événement éco-responsable ? C’est possible !

Les évènements festifs  ont tous un impact réel sur l’environnement : émissions de gaz à effet de serre, production de déchets, consommation d’électricité et d’eau…
Si certains ont les moyens de mettre en place des innovations spectaculaires comme le « Sustainable dance floor » où la piste de danse récupère l’énergie produite par les mouvements des fêtards sur le sol, de nombreux organisateurs insèrent d’ores et déjà dans l’organisation de leur évènement des initiatives permettant de réduire l’impact sur l’environnement et promouvoir ainsi un évènement « durable ».

Voici quelques idées de petites choses que vous pouvez mettre en place = )

  • Sensibiliser les acteurs 

 –> Impliquez votre équipe dans votre engagement
–> Informez votre public en amont (sur vos supports d’information en spécifiant par exemple l’utilisation de
gobelets réutilisables de toilettes sèches…)
–> Faites connaitre votre démarche aux médias

  • Le lieu de l’évènement

–> Choisissez un lieu accessible en transports collectifs, vélo, voire à pied
–> Informez le public sur les modes de transports alternatifs
(en transmettant des plan d’accès, en
indiquant des info’ sur vos supports de communication…)
–> Mettez en place un système de navette ou de covoit’
–> Proposez des tarifs avantageux pour les personnes utilisant les transports alternatifs

–> Privilégier l’éco-construction (aménagement du site avec des matériaux recyclés, mobilier en carton,
impression auprès d’une entreprise labellisée Imprim’Vert…
–> Optimisez le transport et le stockage (en centralisant les achats, en limitant les longues distances…)

  • La maîtrise des ressources et déchets

–> Installez des ampoules basse-consommation et exploitez la lumière naturelle au maximum
–> Éteignez les appareils électriques plutôt que les mettre en veille
–> Organisez la gestion des déchets (tri du verre, du plastique et des autres déchets)
–> Prévoyez des cendriers pour les fumeurs
–> Installez des toilettes sèches en diffusant les consignes d’utilisation

  • La restauration 

–> Choisissez des produits locaux et de saison
–> Favoriser les produits éco-labellisés
–> Choisissez de la vaisselle ré-utilisable (avec un système de consigne par exemple)

  • L’information et la communication

–> Privilégiez la communication sur Internet (moins d’impression)
–> Préférez l‘e-mail aux envois postaux
–> Optimisez les formats de vos impressions
–> Concevez des document en recto-verso
–> Préférez les imprimeurs éco-labellisé
–> Préparez la diffusion de vos documents (en faisant une liste de diffusion en amont de l’impression par exemple)
–> Choisissez des objets promotionnel pas trop personnalisés afin de pouvoir le réutiliser d’une année sur l’autre (T-shirts par exemple)

Prix monte ta soirée 2014/2015

L’association Avenir Santé organise le prix monte ta soirée 2014-2015 qui récompense les organisateurs d’événements festifs qui ont le souci de rendre leurs fêtes responsables. 

Vous organisez une soirée ? Vous mettez tout en œuvre pour qu’elle se passe bien ?
Inscrivez-la au prix monte ta soirée
et tentez de gagner 2000 + 2000 supplémentaire cette année
remis par la Fondation Vinci Autoroutes (prix « coup de cœur sécurité routière »).

Teaser du prix monte ta soirée

Le « binge drinking »

 

Alors que les résultats du Baromètre Santé INPES 2014 viennent de paraître, revenons sur le « binge drinking »
et ses conséquences.

« La consommation d’alcool chez les jeunes est particulièrement préoccupante. La recherche d’ivresse est véritablement marquée dans les jeunes générations. En 10 ans, la part des 18-25 ans ayant connu une ivresse dans l’année est passée de 33% à 46% et la part de ceux en ayant connu au moins trois a presque doublé, de 15% à 29% » alerte François Bourdillon, directeur général de l’Inpes.

Quésaco ?

Le « binge drinking » est un terme anglo-saxon que l’on peut traduire par « conduite d’alcoolisation massive dans un temps très court » connu également sous le terme « d’intoxication alcoolique aiguë » ou « alcoolisation paroxystique intermittente ».

Quelques chiffres ?

Selon les résultats du Baromètre Santé INPES 2014, le phénomène du « binge drinking »  s’est fortement développé chez les moins de 25 ans : il concerne 14 % des 15-24 ans, 10 % des 25-34 ans, et 6 % des 35-44 ans.

Quelles conséquences ?

Le Binge drinking entraîne des troubles du comportement classiquement liés à la consommation d’alcool : conduites sexuelles à risque, intoxication (malaise, coma, décès…), déshydratation, violence, perte de contrôle, accidents de la route …

Mais il entraîne aussi d’autres dangers sur le long terme : conséquence sur le plan cognitif (trouble de la mémoire, du comportement…), dépendance à l’alcool, augmentation du taux de mortalité …

Quelques conseils = )

  • espacez vos consommations,
  • prenez votre temps,
  • buvez en mangeant ou après avoir mangé,
  • alternez les boissons alcoolisées avec des boissons non-alcoolisées,
  • apprenez à connaître et écouter vos limites,
  • sachez poser votre verre et vous arrêter,
  • sachez dire « NON » quand vous ne souhaitez pas consommer,
  • préparez votre retour à domicile et évitez de reprendre le volant.

« Binge drinking » : quand le cerveau trinque !

Organisateurs et responsabilités

 
« La semaine dernière, un étudiant de 23 ans est mort après avoir bu 25 shooters de vodka en 60 secondes, pendant une soirée étudiante. Un porte-parole de la police rapporte que les organisateurs de la fête seront accusés d’homicide. »

Organisateurs et responsabilités ?  Que dit la loi ?

L’article 121-3 alinéa 4 du code pénal stipule que « les personnes physiques qui n’ont pas causé directement le dommage, mais qui ont créé ou contribué à créer la situation qui a permis la réalisation du dommage ou qui n’ont pas pris les mesures permettant de l’éviter, sont responsables pénalement s’il est établi qu’elles ont, soit violé de façon manifestement délibérée une obligation particulière de prudence ou de sécurité prévue par la loi ou le règlement, soit commis une faute caractérisée et qui exposait autrui à un risque d’une particulière gravité qu’elles ne pouvaient ignorer. »

L’article 221-6 du code pénal ajoute que « le fait de causer, dans les conditions et selon les distinctions prévues à l’article 121-3, par maladresse, imprudence, inattention, négligence ou manquement à une obligation de prudence ou de sécurité imposée par la loi ou le règlement, la mort d’autrui constitue un homicide involontaire puni de trois ans d’emprisonnement et de 45 000 euros d’amende. En cas de violation manifestement délibérée d’une obligation particulière de prudence ou de sécurité imposée par la loi ou le règlement, les peines encourues sont portées à cinq ans d’emprisonnement et à 75 000 euros d’amende.« 
 

Pour rappel = )

Il est obligatoire de posséder des éthylotests lorsque de l’alcool est vendu
Les open-bars et la vente d’alcool au forfait sont interdits
Les « Happy Hours » sont réglementés
Il est interdit de vendre de l’alcool à des mineurs
Il est interdit de servir une personne manifestement ivre

SAM

Gestion des départs

Nous fêtions hier la Saint Patrick, l’occasion pour nous de revenir sur la gestion des départs en fin de soirée.

4h du matin la fête vient de finir de battre son plein. Problème : plusieurs fêtards hyper alcoolisés tardent à rentrer chez eux. En tant qu’organisateur de la soirée, vous ne savez pas comment gérer leur départ. Comment faire ?

Le maître mot ici, c’est l’ANTICIPATION ! Voici quelques bonnes astuces à appliquer en tant que qu’organisateur de soirée, mais également en tant que fêtard!
A vous de jouer !!

Proposez des bracelets de couleurs afin de distinguer les conducteurs pendant la soirée. Proposez des softs gratuits aux conducteurs / remboursez leurs consommations et/ou entrée en fin de soirée si leur taux d’alcoolémie est nul.

  • Pour les fêtards, désignez un conducteur qui restera sobre et qui s’occupera de ramener tout le beau monde chez soi : #CkiSam !

Proposez aux fêtards de dormir sur place.

  • Pour les fêtards, si vous habitez loin du lieu de fête, prévoyez de dormir chez un de vos amis.

Prévoyez de distribuer des éthylotests aux conducteurs en fin de soirée ! N’hésitez pas à consulter la page « Ressources » de la boite à outils en ligne monte ta soirée.

  • Pour les fêtards, avant de prendre la route, pensez à souffler dans un éthylotest !

Mettez des numéros de taxi ou de société de raccompagnement à disposition des fêtards ou encore des navettes.

  • Pour les fêtards privilégiez les transports en commun, ou faite appel à un taxi pour vous ramener chez vous !

Mettez de l’eau à disposition des fêtards (gratuitement bien évidemment !).

  • Pour les fêtards, hydratez-vous  (et oui… l’alcool déshydrate !).

Proposez un nombre de consommations restreint.

  • Pour les fêtards, sachez dire « stop ».